Relax -- c'est _juste_ un job

Publié le par ©

L'article ci-dessous, publié par Reuters, rapporte comment, au Japon, une femme a mis feu à une employée de l'agence pour l'emploi qu'elle fréquentait. La chômeuse pyromane éclaire son geste avec une candeur particulièrement rafraîchissante : la dame ne parvenait pas à lui dénicher du travail ; ergo, elle l'asperge d'essence et l'allume au zippo.



A la réflexion, c'est peut-être une bonne chose que l'employée ne lui ait pas trouvé un job : les collègues psychopathes fichent toujours des ambiances de travail pourries. D'ailleurs elle aurait pu terminer comme le type de l'article suivant, en Espagne :



Cette fois c'est pour garder son travail que notre malade mental s'est distingué. Sur le point d'être licencié au cours d'un plan de restructuration, l'employé modèle décide d'engager six tueurs à gages colombiens pour plomber son chef -- le patron, lui-même pas mal restructuré, décèdera de ses blessures.

Manifestement, la crise financière pèse chez certains ; si elle s'éternise, à quoi faudra-t-il s'attendre ? Kalachnikov escamotée en attaché-case, tapis de souris tartiné de C4, fontaine de bureau aromatisée à l'anthrax ?
L'astuce Tonique-Révoltant : sous la cravate, gardez votre gilet pare-balle : chez les guérilleros du boulot, les RTT sonnent comme des "ra-ta-ta-ta".

Et si des types en chaussettes à cagoules noires surgissent par la fenêtre de votre bureau, attention : ce n'est pas un genre de casual friday dont vous n'auriez pas entendu parler -- ce sont probablement des ninjas venus pour vous.

Publié dans Faits divers

Commenter cet article