Loquacité Sesquipédalienne*

Publié le par ©

*du latin pour "qui fait un pied et demi de long"

On m'a fait remarquer -- pour ne pas dire "reproché" -- par le passé -- et pas nécessairement sur ce blog -- de me laisser aller à des galopineries verbeuses, de vivre sous le dogme du "pourquoi dire simple quand on peut dire compliqué", de mépriser une expression si elle n'est anticonstitutionnellement amphigourique.

Si je me prévaux trop aisément de ce que la spéléologie linguistique, le melting pot des genres et les coups de poker sémantiques soient les trois séfirots de mes babillages enthousiastes, je suppose qu'en effet, il m'arrive de les faire sonner comme autant de logorrhées plutôt cuistres, borderline m'as-tu-vu.

Nom d'une pipe ! J'ai trouvé mon maître en nombre de pieds : le mot le plus long jamais lardé sur une feuille de papier blanche :

glutaminylphénylalanylvalylphénylalanyllencylsérylsérylvalyltryptophylalanyl-aspartylprolylisolencylglutamyllencyllencylasparaginylvalylcystéinylthréonyl-sérylséryllencylglycylasparaginylglutaminylphénylalanylglutaminylthréonylglu-taminylglutaminylalanylarginylthréonylthréonylglutaminylvalylglutaminylgluta-minylphénylalanylsérylglutaminylvalyltryptophyllysylprolylphénylalanylprolyl-glutaminylsérylthréonylvalylarginylphénylalanylprolylglycylaspartylvalyltyro-syllysylvalyltyrosylarginyltyrosylasparaginylalanylvalyllencylaspartylprolyl-lencylisolencylthréonylalanyllencyllencylglycylthréonylphénylalanylaspartyl-thréonylarginylasparaginylarginylisolencylisolencylglutamylvalylglutamylaspa-raginylglutaminylglutaminylsérylprolylthréonylthréonylalanylglutamylthréonyl-lencylaspartylalanylthréonylarginylarginylvalylaspartylaspartylalanylthréonyl-valylalanylisolencylarginylsérylalanylasparaginylisolencylasparaginyllencylva-lylasparaginylglutamyllencylvalylarginylglycylthréonylglycyllencyltyrosylas-paraginylglutaminylasparaginylthréonylphénylalanylglutamylsérylméthionylséryl-glycyllencylvalyltryptophyl-thréonylsérylalanylprolylalanylsérine

-- essayez de le dire trois fois très vite.

C'est la transcription nomenclaturelle de la structure d'une protéine trouvée dans le virus de la mosaïque du tabac (TMV), imprimée en version anglaise en 1964 dans un ouvrage de référence pour chimistes, Chemical Abstract.

Alors bien sûr, ce n'est pas un mot d'usage fréquent. Ou d'usage tout court. Et il pourrait facilement être battu -- ce n'est pas, et de loin, la plus longue molécule qui soit. Mais c'est à ce jour le plus long qui ait apparu en publication. Ou en blog.

Mais puisque l'on fait le procès de mes hermétismes prétentieux, ne comptez pas sur moi pour l'écrire.

Dammit!


Publié dans Variés

Commenter cet article