Unicum vous êtes

Publié le par ©

budajour.JPG

Rarement montré-je --- par pudeur ! --- dans les pages de Tonique-Révoltant la faiblesse de m'étaler dans un soporifique galimatias des navrantes vicissitudes de mon existence, préférant me consacrer à de plus sapides effets. Ainsi vous épargné-je la banalité de mes tranches de vie, qui s'écument d'épisodes dont un autre, plus égocentrique que moi, vous aurait rebattu les oreilles --- comme cette fois où je repoussai une attaque de pirates thaïlandais avec pour toute arme une rame, ou cette autre où je secourus la fille du président d'une grande nation d'outre-atlantique des griffes d'une conspiration terroriste, ou encore ce fade séjour que je passai à soutenir la guérilla révolutionnaire d'un lointain pays d'Afrique. 

J'écornerai cette règle pourtant pour vous dire que nous revenons d'un week-end à Budapest et que, pour employer le terme préconisé par l'Académie, c'était bien chouettos

Nous avons foulé à la tong le fou gazon de l'île-parc de Margaret ; posé comme des stars sur le trottoir de l'Hollywood Boulevard magyar ; zieuté la Citadelle, le Parlement, la Synagogue, la place des Héros... Nous avons erré, by night, dans le décor onirique du château de Buda, édifice surnaturel qui renaît au crépuscule, fantasme sous watts aux ambiances de film hallucinogène. 

buda.JPG

Nous nous sommes étonnés de voir ces immenses baraques, parfois délabrées, sur l'avenue Andrassy --- splendides ruines cicatrisant encore de l'ère communiste ; combien coûtent-elles, tiens ? Nous nous sommes laissés surprendre par ces statues inspirées et ces complexes ornements, qui surgissent --- pour un oui, pour un non, pour un peut-être bien --- du crépi bariolé de bâtisses qui ne paient par ailleurs pas de mine.

Nous avons laissé dériver nos papilles sur l'emblématique épice rousse qui enrobait une téméraire barbaque volatile, supinant lascivement sur un lit de dumplings en sauce ; j'ai même mis mon atavisme gustatif à l'épreuve du goulache bouillant par 35°C.

Nous avons navigué entre chairs flasques et gambettes juvéniles, épaules hirsutes façon Lawrence Talbot et pecs glabres signés Wilkinson, en mijotant dans les eaux tépides des bains de Széchenyi.

En laissant derrière nous la capitale hongroise, nous regrettons de n'avoir pas été partout ; mais nous glissons dans nos valises, au nez et à la barbe du douanier, quelques images et souvenirs, songes somptueux, comme de la magie de contrebande --- pas vu, paprika.

renard.JPG

Publié dans Divers

Commenter cet article

martine 29/08/2010 17:31


"Stuck inside of Mobile with the Memphis Blues Again"!!!