Mettez-y la Foi mais pas les doigts

Publié le par ©

Je m'étais fait une réflexion, il y a quelques temps, en voyant dans un film un personnage se fendre de la routinière gestuelle du bénitier, en entrant dans une église ; je m'étais dit : bigre ! avec tous les coquins qui y baignent leurs boudins, ça doit être une fichue soupe originelle là-dedans.

Vous passez derrière, insouciant, le catéchisme en fête, vous triturez la flaque du bout des ongles, et en vous mimant une bénigne croix en pleine figure, paf ! vous vous salopez les yeux à coups de gouttelettes de Pestilence -- vous êtes en avance sur le planning de l'Apocalypse, le tarin liquéfié, la glotte en pagaille, l'estomac en orbite, les genoux qui faséient. Vous voilà bien. Tout ça parce qu'après deux mille ans de chrétienté, l'Eglise est encore un peu ric-rac sur les standards sanitaires.

Pire ! Depuis le H1N1, on avait vidé les bassines : plus moyen de communier ses microbes ou ses rognures d'ongles avec ses coreligionnaires.

Dieu soit loué : l'inventeur italien Luciano Marabese a mis au point ce distributeur d'eau bénite, à installer à l'entrée de toute bonne église. Vous agitez votre paluche sous l'appareil, et par la volonté du Tout-Puissant et d'un capteur infrarouge, l'eau consacrée vous gicle entre les doigts.

Preuve s'il en est que malgré Benoît XVI, l'Eglise catholique cherche à évoluer avec son temps -- un mouvement dans le bon sens espéré par des tas de croyants du monde entier : des millions de fidèles attendent avec impatience de pouvoir aller à confesse en chat room.



Publié dans Technologie

Commenter cet article

Juju 16/11/2009 04:02


Prims !!


© 20/11/2009 01:12


1st strike, Juju...


martine 12/11/2009 22:06


Le vol du gourou au-dessus d´un nid de gogos!


© 20/11/2009 01:12


et les gourous, de toute évidence, volent bas...