Gabelle et goétie

Publié le par ©

Pour ressusciter l'économie roumaine, les législateurs Alin Popoviciu et Cristi Dugulescu espéraient faire appel aux forces occultes --- ou plus précisément, à l'escarcelle de ses pratiquants : leur loi proposait de taper dans les caisses noires de la magie éponyme en taxant les sorcières et cartomanciens. 

Le projet prévoyait d'obliger les charlatans à produire les reçus astronomiques de leurs consultations astrologiques pour leur vaticiner des Mercures en fisc et faire rimer thème avec barème. Pire ! on parlait de les tenir responsables de leurs aléas de prédictions : la bonne aventure avait intérêt à ne pas tourner mal sinon gare ! --- et celle-là, ils l'avaient pas vue venir. L'imposition des mains allait prendre un tout autre sens.

Bien sûr, la dîme divinatoire n'a pas envoûté tout le monde, et ceux des Sénateurs qui craignent le mauvais oeil ont commencé à la voir d'un pas meilleur. Les élus, en pétoche de jettatura, se signent, font la figue et passent leur tour ; de crainte que les choses ne virent au vinaigre, ils font le gros dos, boudent, et trissent en chats maigres.

La manne de maléfices meurt en maltôte ; l'obscurantisme crasse, lui, rampe encore. Pas d'hocus in the pocket.

 

Publié dans Europe

Commenter cet article