Moonwalker

Publié le par ©

Il y a quarante ans, Neil Armstrong, Michael Collins et Buzz Aldrin se posaient en douceur sur le gris parvis cosmique de la Terre, l'annexe déserte de notre planète : la Lune.

Après un pointage réussi sur leur cochonnet spatial, Neil, suivi d'Aldrin, saute théâtralement de l'Eagle et goûte la poudreuse lunaire en décochant l'un des one-liners les plus célèbres de la galaxie : "c'est un petit pas pour l'homme, mais un grand pas pour l'humanité."
Par ailleurs, considérant la faible gravité lunaire, c'était peut-être déjà un grand pas pour l'homme, mais soit...

Bien sûr, ils n'étaient pas les premiers à tâter les fesses de Séléné : Cyrano déjà avait arpenté Madame ; inspiré par Jules Vernes, Méliès lui tapera dans l'oeil ; et Tintin tenté y tintamarrera itou.
Curieusement, les récits d'Armstrong et d'Aldrin ne font aucune référence aux géants à tête détachable du Baron de Münchhausen.

Les Etats-Unis prévoient de renvoyer quelques bibendums faire les zouaves dans la poussière d'étoiles, face visible, dans les alentours de 2018. Bien sûr, aujourd'hui, les spécialistes des effets-spéciaux peuvent altérer, triturer, emberlificoter des images dans une luxure informatique assouvie -- de quoi donner de l'eau au moulin des prophètes du canular stellaire.

Qu'importe ! -- aux empêcheurs d'orbiter en rond, je baisse mon pantalon et, bien sûr, je leur montre ma lune.

Publié dans Éphémérides

Commenter cet article